Chapitre 7 quelques expériences de confirmation

Durant les années 1968/1969, l’auteur a consacré tout son temps à réaliser des sources expérimentales de champs BxV qui parlent d’elles-mêmes. La Nature a le dernier mot et quand elle parle ses paroles sont les demières !!

Un générateur d’un champ électrique en mouvement, tout électrique et sans mouvements mécaniques qui y sont impliqués, ont été construits et expérimentalement démon­trés. Ce circuit projette son champ dans l’espace entourant le générateur. Etant immunisé contre les blindages, le champ BxV passe immédiatement à travers les parois d’acier inox d’une boîte mise à la terre. Entourant le générateur, est monté un condensateur cylindrique à plaques parallèles. La plaque extérieure est connectée à un électromètre (condensa­teur vibrant) à grande sensibilité (type Keithley 640). La plaque interne est connectée à l’autre branche de l’électromètre, une branche de celui-ci est mise à la terre, Des voltages sont induits dans ces fils. Le résultat final de ces tensions induites est que la ODP induite dana chaque portion du fil entre les plaques du condensateur, charge ces plaques, qui est ainsi mesurée par l’électromètre. Le générateur, condensateur et électromètre sont complète ment entourés par le blindage électrostatique mis à la terre. En les recouvrant par une boîte d’acier inox. Avec une porte ce qui a parfaitement servi à cette expérience. Deux exposés décrivent la construction du générateur tout- électrique et l’expérience effectuée avec ce matériel, a été présentée aux réunions de r American Physical Society.

Durant les années 1968/1969, l’auteur consacra tout son temps à la réalisation des sources expérimentales de champs B:x:V qui parle d’elle mêmes. La Nature a le dernier mot toute controverse en physique et quand elle parle ses paroles sont les dernières.
Un générateur d’un champ électrique en mouvement, tout électrique, sans parties mécaniques impliquées, a été construit et démontré expérimentalement. Ce circuit projette son champ dans l’espace entourant le générateur. Etant immunisé des blindages le champ BxV immédiatement passe à travers les parois d’acier inox d’une boîte mise à la terre. Un condensateur à plaques parallèles, de formes cylindriques et concentriques est monté, entourant le générateur. La plaque extérieure est branchée à un électromètre capacitüvibrant très sensible (type Keithley 1940). La plaque intérieure est branchée à l’autre contact de !’électromètre, un des contacts est mis à la terre. Le résultat final de ces tensions induites est que la OOP in duite dans chaque partie du fil entre les plaques du condensateur, chargent celles-ci ce que I ‘électromètre mesure. Le générateur, condensateur et l’électromètre sont entourés par un champ électrostatique mis à la terre. En les enfermant dans une boîte d’acier inox avec une porte, on poursuit très bien l’objectif.
Deux exposés décrivent la construction du générateur tout-élecirique et les expériences effectuées avec ce matériel ont été présentées aux conférences de l’ American Physical Society.
Une lecture simple présente la démonstration du champ BxV pur qui est illustré dans la fig. 8. Deux courts barreaux identiques magnétiques sont espacés l’un par rapport à l’autre comme montré sur la figure 8. A mi-chemin entre eux, un fil long droit (entouré par le blindage conducteur mis à la terre) perpendiculaire (au plan du papier) est fixé avec ses connecteurs à un galvanomètre sensible placé en-dehors de l’environ immédiat des aimants, cités plus avant. La résultante du fiwc d’intensité B venant des 2 aimants, au fil, est zéro par le principe de superposition. Si l’aimant sur la gauche est animé d’une vitesse uniforme lente V et l’autre sur la droite, une vitesse v’, opposée à V, alors on notera une déviation de l’aiguille du galvanomètre due à l’action d’1champ BxV pur induit, agissant dans le fil. Not& que dans cette simple expérience, on a deux sources de BxV . A la fois B et V de cha­cune des sources sont identiques en grandeur mais opposées en direction ; cependant. Puisque B:x:V = ( -B):x:(-V), les produits sont à la fois positüs et ad­ditifs. Le mouvement d’un aimant, seul, provoquera une déviation du galvano mètre de la moitié de celle obtenue quand les dewè aimants se déplacent simultanément. Noter que le fil est toujours dans une région où B=O , mais où BxV est présent et actü.
Un des aspects les plus fascinants de nos découvertes est que, par l’utili­sation du phénomène de superposition des champs, de l’induction EM peut être vraisemblablement séparé d’une énergie de flux magnétique. En d’autres mots , le générateur de champ électrique en mouvement opère sans la présence d’une énergie de flux ma9J1.étique détectable comme tel. C’est un circuit non-inductif. L’intenaité de flux magnétique a été réduite à zéro par le principe de superposition, et le champ virtuel indestructible associé à un flux non-supprimé est encore actü et présent ; ainsi, le nom virtuel est utilisé pour le décrire. C’est ce champ virtuel qui produit le pur champ électrique en mouvement dans l’espace environnant le générateur.

Ce pur champ BxV, récemment découvert, est le phénomène connu seul en son genre, dans l’électromagnétisme car il est dépourvu des caractères de champ électrostatique et magnétique qu’on a connu auparavant. C’est un champ BxV avec la résultante b=O. Son immunité aux blindages lui une stature et un caractère qui lui propre, magnifiquement seul et isolé parmi les champs spéciaux déjà connus ! Notre générateur ne produit rien, mais ce champ antérieurement inconnu !

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.