Les runes. Face postérieure du coffret d’Auzon

les-runes-face-posterieure-du-coffret-dauzon

Face postérieure de la cassette ; y est gravée l’histoire de Titus et des Goths (dont on a substitué le nom au profit des Juifs, prenant le récit pour la prise de Jérusalem en 70 par Titus).
Texte en runes (en 1), en gotisk bâtard & onciales latines (en 2):

  1. Her fegtaþ Titus end Giuþeas u.

  2. Hic fugianth Ierusalim a) afitatores. Gisl.

Translation:
Ici bataille de Titus et des Goths dehors. Ici fuguent les membres du Jórsalir: “haras des étalons”.
Doom (Jugement).
Gisl (Otages).
Note:
Comme le démontre monsieur J. Touchet, dans : La grande mystification (Les Cahiers de Méditerranéa Ed. de la S.E.A.P.M. Carcassonne, 1991). Ierusalim ou plutôt Jorsalir en gotiska (la traduction est de l’écrivain normand Maurice Erwin Guignard), était le nom originel de Grenade (Espagne). Et aussi démontré avec brio par les historiens israéliens, Israël Finkelstein dans: La Bible dévoilée, et Shlomo Sand dans: Comment le peuple Juif fut inventé ; Israël est une invention et la ville qui porte actuellement le nom de Jérusalem, était tout juste un village…, car le mythe du royaume d’Israël et du peuple juif est une invention des Septante.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.